Sousse

Capitale du Sahel tunisien. Sousse s'affirme comme la troisième ville du pays, après Tunis et Sfax. Port important, centre industriel et commercial animé. VHadrumète des Romains a su concilier progrès économique et détente touristique. Cette effervescence ne gagne guère les palaces climatises, et rien ne vient troubler la quiétude des plages.

Modernes et fort bien situés, les hôtels jalonnent le front de mer sur plusieurs kilomètres, s'étirant du centre ville aux confins nord de raagloméralion.

Véritable microcosme de la vie soussoisc et principale artère de la ville, l'avenue Habib-Bourguiba part du quartier des hôtels pour rejoindre le port. De part et d'autre du boulevard, restaurants et boutiques, cafés et bâtiments administratifs, cinémas et hôtels se disputent le moindre mètr carré. A l'approche des dock? l'avenue côtoie les murs ocr de la médina.

Successivement occupée pa les Carthaginois, les Romain.* les Vandales et les Byzantins Sousse s'islamisa finalemen sous la férule d'Oqba ibn Nafi le conquérant de Ylfriqiya. As siégée par ce redoutable guer ricr, la cité résista pendan deux mois; lorsque, épuisée elle dut capituler, les troupe d'Oqba la saccagèrent pour h punir de son obstination. C'est alors que disparurent la plupart des édifices antiques, rasés par l'envahisseur. S'il reste peu de traces des monuments puniques ou romains, nombre de mosaïques, admirables, ont échappé aux destructions. Vous les admirerez au musée de Sousse.

A deux pas de la place Far-hat-Hached. une brèche - pratiquée dans les remparts par les bombardements de 1943 - permet d'accéder à la médina. Visitez-la de préférence entre 8 h. et 14 h.: vous serez alors autorisé à pénétrer dans la cour de la Grande Mosquée (IXe siècle). Ceinte d'une gracieuse galerie, dallée d'un marbre éblouissant, cette cour tranche vivement sur l'obscurité et la fraîcheur de la salle de prière (vous ne ferez qu'entrevoir cette dernière par une ouverture discrète, car l'accès en est strictement réservé aux musulmans).

Jouxtant la Grande Mosquée, le ribat, monastère fortifié du IXe siècle, hébergeait au Moyen Age une communauté de moines-chevaliers. «Templiers» de l'islam, ils appartenaient à un ordre strict. prônant la piété et la bravoure. Combattant sans merci les Infidèles, ils devaient montrer autant d'humilité dans la prière que d'ardeur sur le champ de bataille. Iln acquittant un modique droit d'entrée, vous pourrez visiter les salles et les cellules de l'édifice. Pour accéder au faîte du minaret, empruntez l'escalier en colimaçon: un splendide panorama sur Sousse vous récompensera. Avant de quitter le ribat% renseignez-vous sur les manifestations coïncidant avec votre séjour: un festival folklorique ou une soirée théâtrale, dans un pareil cadre, voilà qui promet d'être exceptionnel.

Toujours dans la médina. suivez la rue d'Angleterre jusqu'aux souks, fief des artisans et des marchands. En prenant à droite, vous monterez vers la casbah (citadelle) et la tour Khalaf. vieille tour <à signaux. La citadelle abrite un musée doté, là encore, d'une belle collection de mosaïques; l'entrée franchie, attendez-vous à un petit choc: une énorme tête de Gorgone, à fleur de sol. vous souhaite la bienvenue! Si l'on en croit la légende, il suffirait de regarder ce monstre à la chevelure de serpents pour être aussitôt statufié... Gageons que. superstitieux ou non, vous admirerez tout de même cette étonnante mosaïque de l'époque romaine, réalisée de main de maître.

Suivent plusieurs salles, consacrées aux mosaïques et ouvrant sur un charmant jardin ombreux qifémaillent des statues souvent mutilées. L'un des panneaux, immense, représente un lion menaçant; un autre, vaste également, illustre une scène typiquement romaine: quatre bestiaires affrontent une meute de panthères dans un amphithéâtre. Une inscription latine précise l'identité du «commanditaire» de ce divertissement, un patricien nommé Magerius. On peut voir son esclave, tenant un plateau chargé de sacs d'argent: un millier de denarii (deniers d'or) pour chacun de ces intrépides bestiaires.

Un escalier mène du jardin au sommet des remparts: c'est vue du faîte de la casbah que Soussc offre le plus beau coup d'œil.