Bizerte

Le départ des Français (1963) marqua un tournant pour Bizerte. L'ancienne base navale retourna à sa vocation première, le commerce. Témoin d'un passé mouvementé, le vieux port est le quartier le plus séduisant: des barques de pêche se balancent doucement dans la rade, prêtes à reprendre le large. Dominant la ville, la casbah et le Fort d'Espagne semblent guetter encore le re-» tour des corsaires, qui cherchaient refuge derrière ces hauts murs: sous le feu nourri des canons turcs, leurs poursuivants n'avaient plus qu'à battre en retraite. Le minaret octogonal de la Grande Mosquée rappelle, lui aussi, la présence ottomane. (Pour la visite de l'édifice, adressez-vous au Syndicat d'Initiative.)

Ouverte au tourisme. Bizerte dispose d'un atout de choix: de belles plages de sable blond, vierge de toute pollution. A l'ouest de la ville, la célèbre corniche aligne sur des kilomètres de bons hôtels, face à la mer.

En vous tournant vers l'est, vous discernerez les forteresses turques et les mosquées de Ghar el Melh, autre port corsaire édifié au XVIIe siècle. Si vous prenez la route menant à la koubba (dôme) de Si ni Au el Mekki, vous longerez une fort jolie plage. Celle de Raf-Raf, tout aussi agréable, vous séduira sans doute par son pittoresque.